Je sais pas vous, mais de mon côté depuis que Top Chef passe à la télé je n'ai qu'une seule envie, c'est de déguster de bons petits plats. N'ayant ni l'envie ni les capacités de mettre à la cusine, vendredi soir je me suis donc rendue en très bonne compagnie dans un retaurant de Bordeaux chaudement recommandé par la famille.

 

Une cuisine en ville. A peine arrivés, presque les premiers, nous avons été accueillis par deux aimables serveurs avec un sourire magique, qui vous donne vraiment envie de vous asseoir.

N'étant pas critique gastronomique ne comptez pas sur moi pour vous parler de "texture, de croquant gourmand" ou autre. Non, pour moi un plat est bon, fin, surprenant, délicieux ou fade. Mon champ lexical en la matière est assez pauvre.

 

Bref, deux menus donc ce soir-là, dont l'un à 32 euros avec une entrée, un plat et un dessert.

Si l'entrée à base d'oeuf, très réussie au demeurant,  ne m'a pas laissé un souvenir impérissable, j'ai en revanche adoré la cabillaud qui était cuit à merveille, accompagné de potimaron, d'une émulsion acidulée et d'une garniture bien trop complexe pour que je m'en souvienne.

Le top étant le dessert. Car réussir à me faire adorer un dessert qui ne contient pas une goutte de chocolat relève de l'exploit. Vendredi, le chef avait donc concocté une clémentine rotie accompagnée d'une glace  au lait, d'une meringue ultra légère, le tout avec un peu de citron vert. Renversant, j'en aurais clairement mangé trois fois plus.

 

Au fur et à mesure toutes les tables ont été occupées, faisant régner une ambiance simple, à la fois cosy et naturelle.

Tout ça pour vous dire que le bien-être passe par beaucoup de chemin y compris celui des papilles. Je suis sortie du restaurant le coeur léger avec la sensation d'avoir fait le plein de bonne humeur et d'avoir gratifier mon corps d'une nourriture aussi délicieuse que équilibrée.

Merci donc au chef Philippe Lagraula qui en 2006 fut le plus jeune Chef étoilé de France

 

 

Retour à l'accueil