"Tu mens comme tu respires" ! Dites ça à une personne angoissée pour qui respirer est une épreuve. Vous savez,  poitrine oppressée, souffle court, sensation d'étouffement, autant de symptômes qui ne font qu'accentuer le mal-être et les tensions corporelles. 
Alors comment améliorer sa respiration ? Autant le dire de suite, il n'y a pas de mauvaises ni de bonnes respirations.  IL y a plusieurs façons de respirer en fonction du but recherché :  Méditer, gérer son trac, se détendre, se réveiller ou encore s'apaiser avant de s'endormir par exemple. La sophrologie repose en partie sur le travail de la respiration. On y apprend à mobiliser tous les organes, les muscles et les viscères nécessaires à l'apprentissage de la respiration. 
La prise de conscience
 
Prendre conscience de sa respiration est la première étape vers le bien-être. 
Pour cela installez-vous confortablement sur un fauteuil. Fermez les yeux comme pour vous retrouver en conexion avec vous-même, avec vos envies, vos désirs, vos secrets. Prenez conscience des points de contact de votre corps sur le fauteuil. Le contact de la tête, le contact du dos étalé sur le dossier, le contact des fesses sur le fauteuil, celui des cuisses, peut-être les bras sur les accoudoirs ou sur vos cuisses, le contact des pieds sur le sol, ancrés. Imaginez peut-être le corps qui se détend, qui s'étale. 
Et puis maintenant prenez conscience de votre respiration. Peut-être percevoir l'air frais qui rentre dans vos narines. Imaginez son trajet jusqu'aux poumons. Et puis percevoir peut-être l'air un peu plus tiède qui ressort. Se laisser bercer quelques instants par ce va et vient naturel. 

Vous pouvez utilisez cette exercice pour vous recentrer sur vous-même, vous calmer à tout moment de la journée.
Retour à l'accueil